photo-de-une-enfant-pleurs

Pleurs de bébé : comment réduire le stress ?

Les pleurs incessants de bébé peuvent entraîner le baby blues. Cette accumulation d’angoisse et de fatigue se transforme en un stress fétide. C’est un moment difficile qui peut arriver à toutes les mères, même avec le second enfant. Les papas ne sont pas à l’abri non plus. Si vous vivez cette situation, ne vous découragez surtout pas, vous avez diverses solutions envisageables.

L’enfant pleure pour une raison, apportez la solution

Sachez que les nourrissons pleurent en moyenne 2 heures par jour. Ils passent l’essentiel de leur temps éveillé à crier. Ces appels à l’aide constituent leur principal canal de communication pendant un moment. Les scientifiques estiment que les bébés expriment surtout leurs besoins. Ils réclament notamment à manger. Cependant, les alarmes peuvent aussi être synonymes d’inconfort, d’ennui ou bien de peur. Dans le pire des cas, le petit bout de chou a mal quelque part. Au lieu d’ignorer ou de craindre les pleurs, les parents ont intérêt à apprendre à les décoder. Le ton, le rythme et la durée changent en fonction du message que bébé veut transmettre. Pour les tétées, l’enfant commence à pleurer doucement et devient plus insistant si personne ne vient. Lorsque bébé a envie de dormir, le son harmonieux s’approche de la chansonnette. Quand il a mal quelque part, le cri est perçant et sans aucune mélodie. Si la mère lui apporte ce qu’il lui faut rapidement, il va se taire. Les spécialistes recommandent d’habituer les nourrissons à l’absence d’un adulte. Il revient aux parents d’éduquer leurs enfants dans ce sens dès ses premiers jours. Les règles sont à instaurer en une sorte de rituel auquel le petit ange doit adhérer. Il peut passer plusieurs jours à s’adapter, mais finit toujours par comprendre qu’il est impossible de faire autrement.

Pour ne pas complètement craquer face aux pleurs

Afin de ne pas s’exposer au baby blues, la nouvelle maman devrait prendre quelques dispositions. Il faut commencer par arrêter de se culpabiliser. Les pleurs ne signifient aucunement qu’elle est une mauvaise mère. Au contraire, ces cris d’alarme rappellent que l’enfant a besoin d’elle. Elle peut naturellement se sentir fatiguée et en vouloir au petit. Cela ne l’empêche aucunement de le chérir de tout son cœur. Cette relation fusionnelle constitue une force inépuisable qu’il faudra explorer. Dans tous les cas, il est important de rester calme en toute situation. Pour cause, bébé peut ressentir le stress. Cette impression d’être submergée peut se transmettre. Maman doit donc lui cacher ses peurs et ses angoisses. Elle doit éviter de râler. Il faudrait à la place chanter une berceuse. La voix a le pouvoir de rassurer. Les mères ont aussi besoin de repos. Il faut de temps à autre s’accorder quelques heures de répit. Dans ce cas, confiez bébé une journée entière à son père sans lui téléphoner sans arrêt. N’hésitez pas aussi à demander l’aide des grands-parents. Faites du yoga, essayez de décompresser avec le fitness. Vous pouvez aussi boire une tisane antistress pour ne pas céder à la panique. Comme le note cette page, n’oubliez pas que le stress peut entraîner une hausse de la glycémie, entre autre. Alors prenez soin de vous. Gérez le stress par tous les moyens pour éviter ses effets néfastes sur vous, sur bébé et sur votre entourage.

Previous Post
enfant
Education

Comment faire pour aimer les enfants d’un/une autre ?

Next Post
Education Famille

Occuper les enfants à la maison

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *