dispute

Disputes entre frères et sœurs : quelques astuces pour les mamans

La rivalité, les disputes et les chamailleries font intégralement partie de la relation entre les frères et les sœurs. Toutefois, même si c’est quelque chose de plus que normal, ce n’est pas un motif pour leur donner la liberté de se battre comme de véritables ennemis. Voici donc quelques conseils utiles aux mamans pour qu’il ne soit pas trop difficile de calmer le jeu.

Connaître le moment où il faut intervenir

Les disputes et chamailleries entre les frères et sœurs ne sont pas seulement des phénomènes normaux. Ils sont aussi nécessaires. En fait, c’est pour eux un moyen d’exprimer l’hostilité et la jalousie qu’ils peuvent ressentir. Du moment que les disputes ne deviennent pas trop sérieuses, il vaut mieux s’abstenir de se mêler de leurs différends. Certains conflits peuvent être réglés par eux-mêmes sans que personne n’intervienne. Par contre, il ne faut pas hésiter d’entrer en action lorsque l’un d’entre eux se trouve dans une situation difficile. De même, il ne faut pas les laisser se faire des injures et se donner des coups.

Trouver des occupations

Souvent, les disputes commencent lorsque les enfants sont sur le point de s’ennuyer. On peut donc les suggérer de jouer à des jeux. D’ailleurs, c’est une solution efficace pour éveiller leur complicité. Sinon, pourquoi aussi ne pas inviter un ami à la maison ? Attention, il s’agit ici « d’un ami » et non pas « des amis ». En fait, on a tendance à inviter un ami de chaque enfant ensemble à la maison pour éviter que l’un d’entre eux soit jaloux. C’est une idée assez ingénieuse, mais qui est moins efficace qu’un seul ami. L’un pourrait alors rester occupé avec son copain pendant que l’autre peut avoir plus de tranquillité ou se fait chouchouter par sa maman. Après tout, passer de petits moments en tête-à-tête avec sa maternelle ne peut faire que du plus grand bien. De plus, cela leur permet de ressentir qu’ils sont importants aux yeux de leur maman et qu’ils n’ont aucune raison d’envier son frère ou sa sœur.

Previous Post
eduquer une enfants
Education

Éduquer, ce n’est pas seulement faire la loi à la maison

Next Post
apprendre-a-lire
Education

Apprendre à lire à ses enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *